La Postérité du soleil
Correspondance Albert CAMUS/René CHAR
camusjps   Le Premier Homme
d'Albert CAMUS
camusjps
Conception et réalisation :
Bruno Raffaelli (sociétaire de la Comédie Française)
et Jean-Paul SCHINTU
Adaptation et réalisation : Jean-Paul SCHINTU
Musique : Philippe HERSANT

Quand Albert Camus et René Char se rencontrent en 1946,
ils ont déjà derrière eux un vécu important. Tous deux
ont en effet participé activement à la Résistance. Char,
les armes à la main, en dirigeant le maquis de Cereste,
sous le nom de « Capitaine Alexandre », Camus en
participant dans la clandestinité à l'élaboration du
journal « Combat », qu’il dirigera à la Libération
avec Pascal Pia.

Entre le tumulte du monde et les évènements plus intimes
–les doutes, les maladies, les épreuves affectives- se crée
la richesse d’une relation exceptionnelle, faite de confiance,
d’attention, de tendresse virile, d’admiration réciproque.

Au fil des lettres apparaîtront aussi les commentaires de
chacun sur les livres de l’autre au moment des parutions
successives : critiques attentives, profondes, constructives,
comme si les deux œuvres qui se construisent sous nos yeux
se répondaient et convergeaient vers une même finalité.

  Diaporama

  Extrait audio
Ce roman, retrouvé dans sa serviette sur les lieux de
l’accident qui lui coûta la vie, Camus y travaillait
depuis quelques années déjà, voulant entreprendre cette
histoire d’immigration à travers la figure de ce père
qu’il n’a pas connu, mais aussi comme un hommage à cette
population d’Algérie, --chrétienne, juive et arabe—qui,
au moment où il le raconte, se déchire.
Le texte est parcouru par plusieurs thèmatiques :
l'autobiographie, l'exil, la mémoire, le colonialisme,
l'amour de la terre, la guerre d'indépendance, l'engagement
personnel.
Autobiographie en mouvement, le récit, portépar un acteur
seul en scène, accompagne l’évolution du narrateur de sa
naissance jusqu’à son âge adulte.
Va-et-vient entre le passé et le présent, le vécu et
l’informulé, l’identification aux personnages et la
distance de la narration, c’est une foule de figures
singulières qui défile devant nous, d’où se détache le
sujet-narrateur, --Albert Camus lui-même--, observateur et
acteur de sa propre histoire.
Ecrit pendant les cinq premières années de la guerre
d'Algérie où, malgréles blessures inévitables, Camus
veut retourner aux origines, non seulement pour en
comprendre le mal, mais, à travers ces moments d'initiation
et de bonheur, tenter de le transformer en espoir.

Voir la vidéo Youtube

Les Chaises
Tragédie burlesque d'Eugène IONESCO
chaise   L'histoire du soldat
Texte de Charles-Ferdinand RAMUZ
Musique : Igor STRAVINSKY
histsold
Avec Véronique Daniel et Jean-Paul SCHINTU
Mise en scène et éclairage : Alain BONNEVAL
Décor et costumes : Héloïse H
Bande son : Joffrey PELPOIR

Mise en scène : Jean-Paul SCHINTU
Conception des marrionnettes : Blanche HEUGEL
Avec : Virginie CASTELLI, Blanche HEUGEL et Jean-Paul SCHINTU

Un couple de vieillards solitaires attend d'imaginaires invités
auxquels il s'agit de transmettre un improbable message.
Seul le nombre de chaises va croître de plus en plus vite...
Pour combler le vide angoissant qui nous entoure, il faut
entasser jusqu'à l'épuisement et la chute.
Humour, tendresse, regrets, angoisse de la mort,
besoin d'être reconnu et de laisser une trace pour
donner un sens à la vie.

  Extrait vidéo
Entre musique et théâtre, entre jeu et sons, se mêlent une
forme de théâtre presque originelle: la marionnette.

L'histoire de ce soldat et de ce diable sera donc vécue par
deux marionnettes, sous l'oeil vigilant du narrateur.

"Pourquoi alors ne pas faire simple?" se sont dits Ramuz
et Stravinsky au moment de composer et d'écrire cette
"fable pour tréteaux".

C'est à cette belle simplicité que nous sommes revenus,
donner à l'histoire de ce soldat sa dimension humaine
et mythique entre amour et haine, agent et pauvreté,
vie et mort, grâce à la limpidité et la légèreté de la langue
de Ramuz et à l'énergie inouïe de la musique de Stravinsky,
sa puissance, sa modernitéincomparable.

Diaporama

Cocteau et les Femmes
Texte de Jean COCTEAU
Musique : Poulenc, Satie, Honegger, Auric, Milhaud ...
  Est-il un homme ?
Texte de Primo LEVI
Musique d'Olivier MESSIAEN
"Le quatuor pour la fin du temps"
Jean Genet
Montage et réalisation : Jean-Paul SCHINTU
avec Sandrine CARPENTIER, Jean-Paul SCHINTU
et Laure CAMBAU au piano

Jean-Marc FESSARD : clarinette
Geneviève LAURENCEAU : violon
Lorène de RATULD : piano
Béatrice REIBEL : violoncelle
Jean-Paul SCHINTU : le témoin
Ce concert /spectacle fait alterner poèmes, textes,
musiques et chansons; il se présente comme un dialogue
brillant, courtois, amoureux entre le poète et les
différentes femmes qu'il a croisées dans sa vie.
Il met en présence une cantatrice et un comédien,
accompagnés d'une pianiste. Aux invitations
et aux sollicitations du poète, la chanteuse
répond en chansons... mis en musique par Satie, Poulenc,
Milhaud, Auric, Honegger...
On retrouve à travers ces échanges toute la délicatesse,
le brio, la tendresse, l'humour de Jean Cocteau qui se
dévoilent au fil d'un montage dont le thème est
finalement l'Amour.
"Le quatuor de la fin du temps" fut joué pour la première
fois le 15 janvier 1941 au stalag 8 à Gorlitz en Silèsie où
Olivier Messiaen se trouvait en captivité.

Arrêté sur dénonciation en décembre 1943, Primo Levi
a été déporté à Auschwitz en janvier 1944.
Il s'est suicidé en avril 1987.
"Si c'est un homme" fut édité pour la première fois en 1947.

Notre représentation dure 1h15 minutes; elle mêle musique
et texte qui évoquent et décrivent un même sujet :
L'univers concentrationnaire, et se rejoignent dans un
même esprit : une certaine révolte face à la barbarie.

Inconnu à cette adresse
de Kreissmann TAYLOR
  Le Funambule
de Jean GENET
Jean Genet
Pierre AUFREY & Jean-Paul SCHINTU
Jocelyne SEVIN ou Béatrice REIBEL, au violoncelle
Jean-Paul SCHINTU
et Marie-Blanche SOLANO, au violoncelle
Tragédie intime qui rejoint la tragédie collective,
ce roman épistolaire nous restitue avec une précision
diabolique les comportements et les agissements d'une
époque, celle de l'Allemagne nazie.
Drame de l'amitié et de l'amour au dénouement imprévu
où la trahison est rattrapée par la vengeance.
« Ce sont de vains, de maladroits conseils que je t'adresse.…
je ne voulais pas autre chose : qu’écrire à propos de cet art
un poème dont la chaleur montera à tes joues.
Il s’agissait de t’enflammer, non de t’enseigner. »

Epître en forme de déclaration d'amour; méditation à voix
haute sur les mytères de la création artistique, affirmation
quasi mystique du chemin solitaire empruntépar l'artiste
pour l'accomplissement de son oeuvre.


Spectacle Jacques PREVERT prévert
Conception & réalisation : Jean-Paul SCHINTU
Musique : Nino ROTA
Avec des extraits de :
Paroles, Charmes de Londres, Histoires et d'autres
histoires, La pluie et le beau temps, Fatras,
Imaginaires, Actualités, Le jour des temps,
Choses et autres...

C'est un homme qui est là et qui se met à raconter son
histoire comme autant de blagues ou de rêves qu'il nous
propose de partager avec lui. Mosaïque de mots et d'images,
d'images nées de mots et de mots qui font images qui
s'entrechoquent, s'interrogent et se répondent dans un joyeux
collage composéà partir des rencontres
et des émotions d'une vie.
Prévert le funambule, avec ses mots qui touchent et ses mots
qui font mouche; son réservoir de révolte; son humour corrosif
ses têtes de turc encore bien en place malgré
les années qui passent!
Celui qui se met toujours "hors la loi du temps"...

« Au revoir » dit l’aveugle !