PASSIONS D’ALGÉRIE

Noces, Albert Camus
Perennes, Tahar Djaout

Lecture-Spectacle de Jean-Paul Schintu
accompagné à la guitare par Salem Amrane


Qu’est ce qui peut réunir le Pied-Noir né au début du 20é siècle, et le Kabyle né au milieu de ce même siècle ? Le jeune philosophe qui s’interroge dans les années 30 sur une certaine absurdité de l’existence, et le tout jeune diplômé en mathématiques qui, au début des années 80, veut faire sauter les barrières qui l’oppressent.
S’ils parlent chacun à leur manière de l’avènement d’une certaine liberté, d’une fluidité réelle des rapports humains, s’ils s’élèvent contre l’injustice, chacun est entraîné dans une réflexion essentielle sur le lien précieux qu’il entretient avec l’Algérie.
C’est bien d’une même civilisation méditerranéenne commune qu’ils se réclament, et qu’ils tentent de construire à plusieurs décennies de distance.

Ces deux auteurs au moment où nous les laissons prendre la parole sont débordants de vitalité et de jeunesse.
S’ils nous parlent de beauté, ils nous parlent aussi de révolte.
Révolte devant l'iniquité et une certaine forme de barbarie. Révolte de leur jeunesse contre le pouvoir ambiant.
Mais ce qui les rapproche le plus, c’est bien la passion profonde qu’ils éprouvent pour leur pays ; sa lumière, sa sensualité, sa tension, l’énergie profonde de sa population.
Leur éblouissement devant la nature qui les entoure avec ses éléments indissociables : la mer, le soleil brûlant, les pierres chaudes, les parfums, les femmes aux corps dorés et aux yeux enflammés…

Le spectacle s’articule autour des œuvres : Noces et Perrennes.
Il est donc la voix retrouvée de ces deux hommes, à laquelle s’ajoutent les feulements de la guitare andalouse de Salem Amrane.



Durée : 1h 15